A l’abri dans un loch de la côte ouest de Jura, nous avons laissé passer le mauvais temps et profité de l’escale pour randonner à terre, lire et se reposer.

La végétation globalement ocre à la sortie de l’hiver est actuellement en pleine mutation printanière et se met progressivement au vert. Les fougères se déroulent petit à petit et des champs entiers de fleurs bleues ornent, sous forme de patchs, l’horizon. Les oies bernaches et les sternes font aussi halte avec nous dans ce loch, et participent au paysage sonore des cris de faisans, des allers et venues des cervidés, des cormorans, des loutres, et du chant du coucou.

Doté de deux bothies (refuges non gardés), ce loch est aussi un paradis pour les randonneurs partant avec tente et sac à dos, du port de Craighouse, le seul village de l’île desservi par le ferry. Parmi les idées rando pour la prochaine fois, nous garderons celle des trois Paps, les trois sommets principaux de l’île que sont le Beinn an Òir (la montagne de l’or en gaélique, 785 m), le Beinn Shiantaidh (la montagne sacrée en gaélique, 755 m) et le Beinn a’ Chaolais (la montagne du détroit en gaélique, 734 m). Pour la prononciation… débrouillez-vous 😉

Après cette escale, nous avons repris notre chemin vers le nord. L’objectif initial était d’aller jeter l’ancre dans un loch du sud de l’île de Mull mais le vent ayant choisi une orientation différente de celle prévue, nous avons finalement décidé de changer de cap et de nous rapprocher d’un lieu mythique et pas seulement pour les marins : le Corryvreckan.

En fin d’après-midi, toujours sous voile (vent NE 6 Beaufort et mer agitée) et après avoir revérifié trois fois les horaires de marées et consulté à peu près toutes les informations à notre portée (!), nous avons timidement pointé le nez sur le détroit et continué, malgré les courants croisés, les petits tourbillons et autres remous, vers l’unique mouillage du nord de Jura : le Bagh Gleann nam Muc (la baie des cochons). Les conditions par beau temps et à l’étale laissent à chacun le loisir d’imaginer le même trajet par mauvais temps… La nuit au mouillage a été des plus paisibles, après un magnifique coucher de soleil et bien à l’abri du vent.

Corryvreckan 042024 17

La mauvaise réputation de ce détroit d’un mille nautique de long environ s’explique par plusieurs facteurs :

  • la morphologie des fonds : imaginez un grand canyon sous l’eau et mettez-y une colonne (de type fin d’ascension de la Dibona pour les montagnards qui nous lisent) faisant brusquement passer la profondeur d’entre 50 et plus de 220m à… 29m. C’est à cet endroit que se créent alors les “eddies” ou tourbillons, faisant du gouffre de Corryvreckan le 3e plus important maelstrom du monde.
  • les effets de marées : ajoutez à cette morphologie particulière les courants de marées forts à cet endroit puisque directement ouvert sur l’océan Atlantique. Le courant peut atteindre plus de 8 nœuds donc si vous calculez mal votre coup, en plus de ne pas aller là où vous aviez prévu, vous risquez même de vous retrouver plus loin que votre point de départ.
  • Les effets du vent : si aux effets de marées s’ajoute un vent soufflant dans une direction contraire au courant, là c’est encore mieux car en plus de ne pas avancer (au mieux) ou de reculer (le plus probable), vous avez des vagues stationnaires pouvant dépasser les 9 mètres et là… bravo, vous avez gagné votre venue sur Milagro pour nous raconter tout ça en détails !
  • et enfin les évocations du lieu dans la culture populaire et la littérature, qui elles aussi ne promettent vraiment rien de bon en cas de mauvais calcul. Quelques exemples : le grondement du gouffre s’entendrait à plus de 10kms dans les pires moments; pour les lecteurs de Jules Verne un petit coup d’œil dans Rayon vert vous fera voyager à cet endroit le temps d’un chapitre ; maintes fois au cours de l’histoire les locaux auraient favorisé la venue de navires ennemis à cet endroit pour les faire disparaître ; et aussi l’expérience vécue par George Orwell lors d’une navigation là, peu de temps avant de terminer son chef d’œuvre 1984 à quelques encablures du détroit : Barnhill sur la côte est de Jura.

Bref, vous l’aurez compris, nous avons un peu étudié la question avant de nous lancer et c’est encore plus timidement que la veille que nous avons levé l’ancre de bon matin pour nous engager dans sa traversée d’ouest en est. Les conditions étaient bonnes et comme prévu les tourbillons principaux actifs sur la rive nord du détroit. Nous étions au supposé bon moment de la marée et pourtant, les courants traversants décidaient parfois de la direction de Milagro et ses 45 tonnes. Loin des dangers et loin d’utiliser la pleine puissance du moteur pour lutter systématiquement contre, c’était assez fascinant de sentir ces effets (et aussi assez stressant pour le barreur). Les guillemots emportés par le courant semblaient heureux de voyager sans effort, plongeant le bec de temps en temps pour attraper la nourriture qui passe. De chaque côté le paysage révélait des conditions âpres : de la roche pelée marbrée de lichens et herbes, et aucun bosquet d’arbres. Ce n’est qu’à la sortie qu’apparût sur notre bâbord une petite maison perchée sur l’île de Scarba. Décision est prise de revenir pour expérimenter le mauvais temps, protégés à l’intérieur.

Quelques images de ce passage réalisé sous le soleil et des lumières changeantes :

Après un arrêt au port de Craobh Haven, c’est vers Loch Melfort que nous avons fait cap, pour les retrouvailles de Damien avec la ferme aquacole Kames Fish Farm.

Share This